Que faire si votre moto est abîmée chez le garagiste ?

Vous amenez votre moto ou votre scooter chez votre concessionnaire moto pour le réparer. Que se passe-t-il si votre véhicule vous est rendu endommagé? Qui prendra en charge les frais de la moto abîmée?

Les dégâts survenus lors de la réparation

Le garagiste se doit de rendre le bien à son propriétaire en état, comme le stipule l’article 1915 du Code Civil. Il assume ses responsabilités en cas de vol ou de dégâts causés lors de la réparation moto ou autre deux roues. Par exemple, si le motard confie son engin à un dépanneur de scooter à Paris pour un remorquage car il est en panne et que le concessionnaire moto fait tomber le scooter et l’abîme, le dépanneur prend en charge les frais de détérioration dus à une mauvaise manipulation de sa part.

Prenons un autre cas de figure où un motard confie son deux roues à un garagiste pour une reparation moto et qu’il récupère son véhicule légèrement rayé. Ici, c’est au propriétaire du véhicule de prouver que la rayure n’existait pas auparavant. Généralement, les garagistes n’effectuent pas systématiquement un bilan détaillé de l’état du véhicule avant de l’avoir réparé. Dans la majeure partie de ce genre de situation, le garagiste prendra en charge la main d’œuvre pour la rayure.

Les réparations inattendues

Le garagiste à l’obligation de restituer le véhicule confié pour réparation en état de fonctionnement, comme le prévoit l’article 1147 du Code Civil. Par exemple, si un client confie son deux roues à un dépanneur pour un problème de moteur et que lors de la réparation, une pièce se casse, la responsabilité de réparation appartient au garagiste.

Dans certaines situations, les faits se compliquent. Par exemple, un client confie son véhicule usagé pour une réparation quelconque. Une réfection supplémentaire s’avère tout à coup indispensable car l’ancienneté de la moto abîmée l’exige, afin d’éviter un dégât supplémentaire. Les garagistes se méfient des véhicules de plus de 10 ans et émettent généralement des réserves afin d’éviter de se voir assumer des réparations qui ne découlent pas de leur professionnalisme mais de l’usure du véhicule.